Le handicap fait parfois perdre la possibilité d’exercer un emploi. C’est pourquoi a été crée le contrat de rééducation professionnelle, destiné à tout travailleur, assuré social, se trouvant dans l’impossibilité d’exercer son emploi à la suite d’une maladie invalidante, d’un accident du travail, ou d’une maladie professionnelle. Ce contrat permet à son bénéficiaire de se réaccoutumer à sa profession ou d’exercer un nouveau métier. Comme le précise le site du Ministère du Travail, il est conclu, pour une durée déterminée, « entre l’employeur, le salarié et la Sécurité sociale. Il est assorti d’une rémunération et d’une formation. »

Ce contrat qui est un CDD renouvelable une fois, dure entre trois mois et un an. Il est pris en charge par l’employeur et par l’organisme de Sécurité sociale dont dépend la personne handicapée, selon une répartition fixée par le contrat.

Au début du contrat, le salarié perçoit au minimum la rémunération prévue par la convention collective applicable correspondant au premier échelon de la catégorie professionnelle pour laquelle il est formé. À la fin, son salaire doit être égal à celui fixé pour la qualification atteinte.

Pour en bénéficier, il faut déposer une demande de contrat de rééducation professionnelle auprès de sa Caisse primaire d’assurance maladie. L’initiative peut aussi venir du médecin du travail.