Depuis le 1er janvier 2017, les personnes en situation de handicap peuvent bénéficier d’un dispositif d’emploi accompagné comportant un accompagnement médico-social et un soutien à l’insertion professionnelle. Cela doit leur permettre d’accéder au marché du travail et de s’y maintenir. L’employeur joue ainsi un rôle important. Il peut par exemple lui offrir la possibilité de faire appel à un référent emploi accompagné afin d’évaluer et d’adapter le poste de travail du travailleur handicapé.
Comme le précise le site service-public.fr, ce dispositif est mis en œuvre par une personne morale qui en assure la gestion (par exemple, un établissement et services d’aide par le travail – Ésat). Il donne lieu à la conclusion d’une convention de gestion destinée à en préciser le cadre ainsi que les engagements respectifs de chacun.

Si ce dispositif concerne les personnes âgées de 16 ans et plus, ce sont plus particulièrement celles handicapées et reconnues travailleurs handicapés ayant un projet d’insertion en milieu ordinaire de travail qui sont visées. C’est aussi le cas des travailleurs handicapés accueillis en Ésat, et ayant un projet d’insertion en milieu ordinaire de travail. Et enfin les travailleurs handicapés en emploi en milieu ordinaire de travail qui rencontrent des difficultés particulières à se maintenir sur le marché du travail.

Parmi les prestations proposées à travers ce dispositif, il y a l’évaluation de la situation de la personne handicapée, la détermination de son projet professionnel et l’aide à son montage en vue de la mise en emploi en milieu ordinaire de travail ou encore l’accompagnement dans l’emploi, avec pour objectif de sécuriser le parcours professionnel de la personne handicapée qui en bénéficie, en facilitant notamment son accès à la formation et aux bilans de compétence.

D’après le ministère du Travail, « Le dispositif d’emploi accompagné est mis en œuvre sur décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) en complément d’une décision d’orientation.
Le cas échéant, par exemple lorsque l’organisme est déjà en contact avec la personne handicapée, la proposition peut émaner d’un Cap emploi, de Pôle emploi ou d’une Mission locale. La décision d’admission dans le dispositif est prise après accord de l’intéressé. »

 

Image: Handicap.fr