Un ESAT (établissements de service et d’aide par le travail) a plusieurs missions vis-à-vis des personnes en situation de handicap. Proposer une activité à caractère professionnel, offrir un soutien médico-social, éducatif ou encore favoriser un épanouissement personnel ainsi qu’une intégration sociale. C’est pour parfaire ce dernier objectif que l’ESAT EIA de Fontaine a mis en place un « groupe loisir ». 

Muriel Martin et Laetitia Andotto sont chargées d’encadrer le groupe loisir de l’ESAT. Sa création part d’un constat simple qu’a pu effectuer Muriel Martin : « On s’aperçoit qu’à part le travail, il n’y a rien et lors des temps libres les travailleurs handicapés sont chez eux confrontés à la solitude ». Ainsi, depuis 2005, elle a décidé d’apporter chaque vendredi après-midi autre chose que le travail. Le concept est simple comme l’explique Laetitia « on part d’un repas à l’extérieur et après on fait quelque chose ensemble ». Basé sur le volontariat, ce sont les travailleurs handicapés qui proposent les idées de sorties. Au fils du temps, ils se sentent bien entre eux. L’extérieur n’est plus une source de danger : « Le restaurant est devenu un plaisir. On a déjà eu une personne qui nous a demandé d’aller dans un établissement précis car on lui avait conseillé » soulignent les deux accompagnatrices. Elles rajoutent « au début on mangeait à l’ESAT mais au fil du temps on a décalé le repas hors de notre base».

Les sorties sont organisées en groupe de 6 ou 9 personnes car il est impossible de convier les 26 adhérents -presque 1/3 des travailleurs- toutes les semaines. Le groupe est réunie en entier pour noël et lors de la dernière sortie avant les vacances d’été. « C’est l’occasion de se retrouver dans un lieu sympa comme au Bois Français l’année dernière ». Lors des sorties hebdomadaires, se sont les travailleurs handicapés qui choisissent les personnes qui constituent leurs groupes. Entre laser game, bowling, balade ou cinéma tout le monde est satisfait des activités proposées. Les travailleurs reçoivent une subvention de 5 euros de l’établissement pour payer une partie de leur repas.

Les travailleurs handicapés évoquent également de nouveaux projets. Laetitia nous en fait part « Ils aimeraient partir la journée complète parce que 4 heures c’est court, même le week-end entier pour certain ». Avant de partir pour un voyage d’un week-end, ils profitent de leurs sorties pour créer une dynamique positive avec leurs collègues qui ne participent pas aux groupes. Ainsi, tout le monde profite des bons plans trouvés par ce groupe loisir lors de ces sorties.

Benjamin Bellet